AAA

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2008

Les 6, 7 et 8 juin, les Basilic donnent de la voix, c’est à Coaraze, sur la place du Château

Ami(e)s,
Ami(e)s proches des textes toniques, 85e35fee42ce8eff849d6b9f5bd46daf.jpg
Approchez,
Tendez l’oreille vers la vallée du paillon, tournez votre pavillon auriculaire vers Bendejun, puis vers Coaraze, et là, écoutez…ce qui en descend, ce puissant chant de la marge…ce sont Les Voix données du Basilic.
Le Basilic, le saurien iguane… le Basilic, l’animal mythologique… le Basilic, la feuille pour le pistou. Le pas feutré, les sons insolites, les senteurs froissées, broyées…tout se mêle en ce lieu circulaire qu’est la Place du Château de Coaraze.
Les Editions de l’Amourier y sont installées. Et une association –les amis de l’Amourier- les soutient. Parce que la petite édition mérite bien un combat, la mise en œuvre d’un militantisme littéraire. Les grandes puissances financières entendent soumettre la force subversive de la littérature et elles s’entendent pour la mettre à genoux, par des impératifs de rentabilité. Ce qui n’est pas momifié en tête de gondole doit être écarté, écrasé, anéanti.
Pourtant, les petits éditeurs tiennent bon. En témoigne le combat mené à Coaraze.
Depuis 10 ans déjà les titres s’ajoutent aux titres constituant un patrimoine actif, intervenant dans les domaines littéraires pour mieux les secouer, les mettre en question. Il suffit de jeter un œil au livre d’entretiens qui sera présenté à la fête pour s’en rendre compte : plus de trente auteurs contemporains répondent aux interrogations formulées par Alain Freixe et la littérature se fait sous notre lecture, en direct. Cette compilation des interviews du Basilic suffit à elle seule pour dire la dynamique de création qui se noue autour d’un éditeur amoureux des textes et porteur d’un vrai engagement.
La fête de l’Association des Amis de l’Amourier a commencé il y a dix ans par une après-midi d’activités et une soupe partagée…au Pistou, bien sûr. Dix ans plus tard, la soupe demeure mais entourée par trois jours de rencontres et de lectures. Bernard Noël sera l’invité d’honneur de cette année, on connaît ses colères et ses engagements, on sait son désir de porter au cœur de l’écriture le désordre qui doit faire face à ce monde vide de sens. Les éditions de l’Amourier publient En présence…, série d’entretiens avec Jean-Luc Bayard. A ce livre est joint le DVD du film de Denis Lazerme consacré à ces échanges.
Dès le vendredi un atelier d’écriture lancera l’action, animé par Jeanne Bastide, il a déjà fait le plein d’inscriptions. Lecture/écriture, marcher avec les deux jambes.
Et les moments mêleront échanges et buvette, saxophone et librairie, circulation de ce sentiment vif qu’est l’amitié, toujours revivifié par les textes. Une délégation de nos amis transalpins viendra nous dire la tonicité naissante de la « primavera dei poeti », et nous lirons en bilingue. La profusion guette la fête, mais sur le mode protecteur. La parole s’y fera huile fruitée, frottée d’ail, la parole s’y fera vin du Minervois (le cru de l’Amourier) et déridera les faces…La vie ira, de lettres en verres, de tables en textes.
Il faut donc tourner l’oreille, la tendre et oser la montée.

Yves Ughes et Alain Freixe

Les commentaires sont fermés.